La Philo …

Qui dit « voyage » dit « philosophie », qui dit « philosophie » dit « philosophe », qui dit « philosophe » dit … euh … « vot’ coiffeur est mort m’sieur »?!

 

Je suis chanceux …

Bien que, quelques lignes plus bas, je tirerai à grands coups de canon sur notre beau pays et son système en perte de sens, je m’estime très chanceux d’être né en France à la fin du XXème siècle.

En France, parce que ce pays m’offre, tous les jours, la possibilité de subvenir à mes besoins primaires, et ce sans efforts. Il est bien loin le temps où nous devions parcourir quatre kilomètres pour aller chercher de l’eau, au centre du village : elle est maintenant disponible en abondance depuis ma cuisine. De la même façon, plus besoin de partir en pleine forêt ou de cultiver un potager pour se nourrir : le petit Casino au coin de ma rue me propose tout un tas de produit de première nécessité, et même bien plus qu’il n’en faut. Nous pourrions aller au-delà en détaillant tous les autres services, étatique ou pas, qui m’ont permis d’apprendre à lire, écrire et penser ou de survivre à la rougeole quand j’étais gamin. Ce « confort », je crois, est une condition sine qua none à l’épanouissement de l’être, lui permettant de s’éveiller, de s’élever culturellement et intellectuellement, tandis qu’il n’a pas à se soucier de comment il mangera demain.

A la fin du XXème siècle, parce que les moyens technologiques à ma portée me permettent de savoir à quel point notre planète est magnifique, et de prendre un billet d’avion pour aller la contempler de mes propres yeux, quasiment quand bon me semble. Ce voyage c’est aussi une façon d’aller dire Merci à la Terre personnellement (sans pour autant cramer mon quota CO2 pour les 10 années à venir !). Merci pour cette faune et cette flore magique, merci pour ces paysages et ces fonds marins à couper le souffle, merci de m’avoir offert l’honneur de faire partie de l’aventure avant qu’il ne soit trop tard, et merci de m’accueillir partout où je trainerai mes savates. Sans tomber dans l’excès ou le catastrophisme, tout le monde s’accorde à dire aujourd’hui que la sixième extinction biologique massive de la planète a commencé, et nul ne sait ni quand ni où elle s’arrêtera. La Terre y survivra, pour sûr, vous et moi aussi, probablement, mais qu’en serait-il si j’étais né dans 50 ans?

Beaucoup m’ont dit, évoquant mes aventures passées et à venir: « ha, tu as de la chance! ». C’est vrai, mais pas celle que l’on croit ; la plupart de ces gens-là ont, à quelques accidents de vie près bien sûr, la même chance que moi, parce qu’il sont né aujourd’hui, et pas en l’an 536. L’année 536 vous ne connaissez pas? Elle a été qualifiée de « pire année de l’Histoire » par une équipe d’archéologues: les habitants de l’époque n’ont pas vu le soleil pendant 18 mois et ont subit une température moyenne de 2°C toute l’année! Ça fait rêver non? (Allez ok, je t’autorise à utiliser cette histoire au prochain repas entre amis pour épater la galerie: #blogculture!)

… mais je ne suis pas encore libre!

Dans notre société occidentale, le mot « Liberté », bien que frappé sur chaque pièce de monnaie française, est à mon sens la plus grande arnaque de ces deux derniers siècles (juste avant le mot « Démocratie » si si !) De quoi sommes-nous réellement libre ici, en France en 2021 sérieusement: de choisir entre Auchan et Carrefour ? Apple ou un Samsung ? 3 semaines à la Baule ou en Thaïlande ? Un président de droite et un président de … droite ? Entre la peste et le choléra, reste encore le choix de ne pas choisir, tel l’âne de Buridan … mais bon, il meurt à la fin, quoiqu’il arrive!

Vous allez me dire : « mais quel pessimisme ! » Je grossis le trait bien sûr, notre société a de bons côtés : elle nous protège des dictatures de pourritures Communistes, des méchants terroristes Arabes, et est même prête à se battre pour défendre les peuples opprimés et leurs mines d’Uranium! Elle nous apprend également à nous servir d’une montre, à ne pas dépasser 130Km/h dans des voitures qui vont à 200 (il n’y a que moi qui trouve ça étrange ?) et nous donne un accès presque illimité à l’eau potable et à Game of Thrones: sérieusement, de quoi oserait-on se plaindre ? « Eux, là-bas, ils n’ont rien » : c’est vrai, mais Eux, ils font moins la gueule que nous dans le métro : pourquoi?! ; « Bah parce qu’ils n’ont pas de métro… » … !

Ok, je vous entend d’ici: il faut po-si-ti-ver! Et il ne nous reste plus que ça (et l’humour quand il n’est pas censuré!). En ce sens, il est bon de garder à l’esprit que le champ des possibles est encore bien ouvert. Il paraît que la planète se meurt sous les assauts du capitalisme c’est vrai, mais les alternatives bob(i)os/écolos, sous forme de lieux autonomes écolieux ou thiers-lieux par exemple, poussent ici et là (vole petit colibri!) en France, en Europe et dans le Monde entier. On en est toujours à largement dévaloriser les initiatives vertes, solidaires et anti « croissance-à-tout-prix » dans les médias mainstream bien sûr, mais de moins en moins si l’on regarde ne serait-ce que 5 ou 10 ans en arrière. C’est un fait, notre société évolue, petit à petit, et dans le bon sens je crois. Alors oui, il est déjà né le mec qui, demain,  trouvera le moyen de vendre des glaçons du Pôle Nord sur Internet, mais j’aime à croire que la tendance est positive, et qu’un jour viendra où notre génération posera son Iphone pour reprendre en main son futur. Il ne peut pas en être autrement de toutes façons: le futur de l’humanité sera sobre, ou ne sera pas!

Il parait que changer le Monde commence par se changer soi même. Il était donc temps pour moi d’ouvrir les yeux, de regarder mes convictions en face, et de créer mes propres espaces de liberté. Alors on commence par s’affranchir peu à peu de quelques broutilles: on fabrique sa propre lessive à base de cendre ou d’huile de lin – vous êtes-vous rendu compte que l’on paye environ 7 euros le litre d’eau quand on achète un bidon de lessive? Bordel, plus jamais ça! -, puis comme on est un peu fou-fou, on enchaine avec le savon à l’huile de coco, puis les produits ménagers, le pain, les légumes fermentés, l’hydromel, … En deux t’en trois confinements, ça y est, on est prêt à changer le monde armé de tutos Youtube!

Mais punaise, j’y pense! Et si au lieu de travailler dix heures par jour devant un ordinateur pour gagner de l’argent, je n’en passais que deux et profitais des huit autres pour fabriquer tout ce que je n’aurais plus besoin d’acheter? Bingo! Minimalisme me voilà! Allez, on passe à l’action: on quitte son boulot, on achète une remorque, quelques planches de bois pour construire sa Tinyhouse, et on se bouge le fion hors des sentiers battus. Liberté, part devant, je te suis!

2 réflexions sur “La Philo …

  1. Je suis fière de toi mon fils. Tu me manqueras, j’en suis sure, mais je sais que tu reviendras changé de ce grand voyge. Je t’aime et je te souhaite déjà bon courage. Il t’en a fallu pour l’entreprendre et il t’en faudra sans doute encore beaucoup à certains moments. Je garde un souvenir inoubliable du Sénégal, et ce n’était qu’une semaine. Voir ce choc de culture et cette pauvreté et (comme tu dis toujours avec le sourire) et une gentillesse très loin de beaucoup de français que je connais c’est sur que ça fait réfléchir et ça te prend aux tripes. Bisous et dans toutes tes difficultés, souviens toi que je t’aime et que l’amour sur Terre est bien plus important que tout et qu’une maman est toujours là pour aider ses enfants ici ou à l’autre bout du monde. Ton blog est génial, BRAVO!!!!!!!!!!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s