Construction Tiny House: Episode 7!

Bonjour à toustes, bonjour à toutses,

Il y a 15 jours, je vous racontais mes misères, mes doutes et mes mauvais calculs de poids, avec un petit délai par rapport à la réalité, histoire de se laisser un peu de marge pour l’écriture, de conserver une chronologie et de donner un fil logique à toute cette aventure. Seulement voilà, le temps nous rattrape: la construction touche à sa fin, et je décolle demain, mercredi 25 mai 2022, pour de nouvelles aventures dans le Médoc!

Alors, cet article va être un petit peu plus complet que d’habitude, et nous y verrons l’aménagement intérieur, l’extérieur final et le chargement / poids du convoi. Bonne lecture 😉

Aménagement intérieur

Après avoir poser tous les câbles pour les 2 réseaux électriques – 12v autonome sur batterie et 230v disponible sur branchement extérieur-, l’arrivée/évacuation d’eau, la conduite de gaz, la toile tendue, … était venu le moment de s’équiper. En grande majorité déniché sur Leboncoin ou fabriqué sur place, je vous propose tout d’abord un petit tour dans ma cuisine:

Crédence en OSB, teinte au marc de café et vitrifiée pour devenir étanche à la vapeur d’eau

Coté cuisson, parce qu’on aime la bonne bouffe et que tout n’est pas faisable dans un four à pizza (qui fera parti du voyage, bien entendu, mais ce sera l’objet d’un autre article!), j’ai opté pour une plaque 4 feux au propane:

Gazinière de récup’ et tiroir en caisse de vin

Coté salon, j’ai récupéré des matelas de caravanes en mousse de 7cm d’épais que j’ai découpés à la bonne dimension. Grâce aux talents de Caro, vraie maitresse dans l’art de la couture et du design, – que j’en profite pour remercier une nouvelle fois ici! -, j’ai pu apprendre à coudre à la machine et donner vie à ce tissu sur lequel j’avais totalement craqué! Je vous laisse commenter le résultat de ma banquette – et soyez sympa, parce que figurez vous qu’elle est convertible en « lit d’ami »: à bon entendeur 😉

Banquette OSB / Bambous

Aménagement extérieur

Coté extérieur, je trouvais que le teint rosé du pin Douglas de Yolo était assez sympa pour ne pas être peint pour le moment. Resté à monter quelques baguettes, toujours en Douglas, de ci de là pour cacher quelques découpes imparfaites. Et finalement, lors de l’un de mes nombreux réveil en pleine nuit, – vous savez, ces moments où votre cerveau estime qu’il doit absolument vous transmettre une idée là, tout de suite, parfois géniale, parfois totalement médiocre, sans vouloir attendre le lendemain?! – l’idée m’est venu donc de peindre ces baquettes et le détourage des fenêtres.

Préparation du coloriage

Visuel extérieur finale avec baguettes peintes en gris anthracite

Le grand départ …

Finalement, après avoir fait la liste de tout ce dont on a besoin quand on veut devenir minimaliste, tout mis en caisse par thème et minutieusement pesé chaque caisse, l’heure était venu de procéder au chargement du convoi tout en veillant à bien équilibrer le poids entre voiture et tiny avant/arrière.

Chargement de la VW Passat SW

Le convoi, fin prêt pour le grand départ!

Au final, on frise les 3,7 tonnes au total, conducteur et passager inclus: le voyage jusque dans le Médoc va être une vraie aventure! Mais finalement, n’est-ce pas ça qui nous fait vivre et avancer?! 😉

Au plaisir les amis!

Construction Tiny house: Episode 6!

Oyé Oyé!

Un mois déjà depuis mon dernier article: arf, ce n’est pas sérieux tout ça! C’est vrai, et pourtant, il s’en est passé des choses pendant en ce mois d’avril, des bonnes et des moins bonnes… Alors je m’en vais vous compter tout ça!

Loin de moi l’idée de commencer par les mauvaises nouvelles pour vous pétrir de désespoir en ce beau mois de mai qui s’annonce, mais on va essayer de garder la chronologie de l’histoire… Lors de mon dernier article, je faisais un peu le beau (un tout petit peu 😉 ) après la mesure de l’équilibre de la remorque: souvenez vous, à peine 25kg vers l’avant, parfait pour tracter! Suite à ça, Yolo a eu droit à sa première sortie « à vide », c’est à dire armature, bardage et toit, mais sans isolant, revêtement & aménagement intérieur, etc … . Après plus de 3 mois de boulot, l’idée était d’enfin être fixé sur son poids intermédiaire, parce qu’on a beau faire des calculs savants avec les densités des matériaux, le bois en lui même, son taux d’humidité, l’ajout de renforts part ci par là, les écarts de structure pendant la construction, … c’est pas une science exacte cette histoire!

Pour être tout à fait honnête avec vous, les calculs dans cette configuration me donnaient très exactement 1247 kg. Au fond de moi, parce que j’avais essayé de garder ça en tête pour faire au plus léger tout au long de la construction, je caressais le doux rêve d’avoir fait mieux, autour des 1100 kg, pour arriver à mon objectif de 1500 kg aménagée avec toute ma vie à l’intérieur. Mais c’était sans compter avec les lois de la physique! C’est con hein, mais contrairement à l’euros, dont la valeur diminue drastiquement avec le temps – surtout en ce moment! -, un kilo reste un kilo; et on a beau l’imaginer plus léger, le regarder sous différents angles, de loin, de près, et bien il n’y a rien à faire: il y a de très forte probabilité qu’il continue à faire un kilo encore longtemps…

Bref, j’ai contacté la coopérative agricole du coin qui a gentiment accepté de m’accueillir pour ma première pesée. En exclusivité pour vous, une petite vidéo de la première sortie de Yolo en Volvo!

Première sortie du garage pour Yolo!

Ça fait gros hein, vous ne trouvez pas??? Il fallait voir la tête des agriculteurs sur leur tracteurs quand ils ont vu Yolo pointer le bout de son nez sur la balance… je ne sais pas dire ce qu’ils pensaient exactement, mais je me suis vraiment senti comme un bon gros illuminé! C’est bien beau de construire un truc bizarre dans son hangars, mais le regard des gens sur la route et en centre ville de ma petite bourgade, je ne m’y étais pas vraiment préparé!

Bref, je m’écarte du sujet, comme pour retarder le moment où je vais vous annoncer que je me suis gravement planté… Yolo, était donc sur la balance, moi dehors à scruter l’écran que je voyais mal avec le soleil, et je vois s’afficher… 1440 kg… ouch! En une seconde, le ciel s’est effondré sur moi, j’étais comme sonné.

S’en est naturellement suivi plusieurs phases psychologiques en l’espace de quelques jours. D’abord le déni, la première heure, à grand coup de « j’ai dû mal voir! » et autre « Elle est toute pétée sa balance!« . Puis, une journée de désespoir profond durant laquelle je ne voulais même plus regarder Yolo: « C’est foutu, j’y arriverai jamais!« . La troisième phase fut l’occasion de relativiser et de commencer à accepter: « 200kg de trop, c’est 15, 20% d’erreur, ça passe!« . Enfin, la quatrième fut l’occasion de commencer à remonter la pente: « bon concrètement, comment on fait maintenant?!« 

Très vite, parce que je ne voulais pas décaler le début de l’aménagement intérieur et la fin du chantier de la fin mai, il a fallu prendre des décisions drastiques:

  • A combien de kilo a t-on droit pour la remorque? 1800kg
  • Combien peut tracter la Volvo? 1500kg, voire 1600kg avec report de charge
  • De combien de kg a t-on besoin pour le stricte minimum? 60kg d’isolant? Des murs interieur? Un lit? Une cuisine? …

Bref, cet événement a été l’occasion de remettre tout à plat. Et vous savez quoi? Dorénavant, je ne me sépare plus de ma balance: tout ce qui rentre dans Yolo est minutieusement pesé 😉

Alors, sans trop d’explications, parce que j’ai encore pas mal de pain sur la planche, voici quelques photos de l’avancée: à venir, des murs en toiles tendues pour la légèreté, un nouveau véhicule pour avoir plus de marge à la traction et du bambou, beauuuuuucoup de bambou!!!

Pose de l’isolant

Premier mur en toile tendue!

Fabrication de l’échelle en bambou, sans clou ni vis!

Construction du sommier de la mezzanine

Voilà pour les nouvelles du front! On se voit d’ici 3 semaines pour les photos finales, je croise les doigts 😉