Construction Tiny house: Épisode 1!

Cahute inspirante…. « La classic » – Crédit SAS Cahute

Amies lectrices, amis lecteurs,

Mais qu’est-ce que cette petite maisonnette sur roue, trônant fièrement devant cette magnifique plage de Saint-Malo?! Un mirage? Un imaginaire? Un rêve? Un rêve oui! Celui de Thomas Longhi, le créateur de la plus petite « tinyhouse » commercialisée au monde: et il est français, euh… breton pardon! 😉 Et figurez vous que depuis 2019, ces éco-habitats mobiles, tractables à l’aide d’une simple berline et possédant une carte grise homologuée « micro-maison », sont disponibles à la vente. Je vous invite à visiter le site de la marque www.cahute.com ou à visionner ce micro-reportage réalisé par France 3 si cela vous intéresse. Passé cette publicité gratuite pour un tiers, venons en au fait: « mais pourquoi nous parles-tu dece truc là Florian, mi-cabane pour enfant, mi-gadget … mi-caravane? » On y vient, minute papillon!

Comme vous le savez peut être, ça fait quelques années que je suis intéressé par les méthodes de construction de maison ossature bois (MOB), mais également par l’écologie et le minimalisme, et que j’ai furieusement envie d’autoconstruire mon habitation! Mais voilà: où construire sa petite maison quand on ne sait pas où l’on souhaite habiter, quand on rêve tantôt de montagne, tantôt d’océan, mais aussi de campagne, parfois même de pays étrangers…? Et surtout à quel prix, et avec combien d’années de crédit derrière?

Né aux États-Unis début des années 2000 suite à la parution du livre « The Not So Big House » en 1998 – dans lequel Sarah Susanka et Kira Obolensky analysent la façon dont les américains vivent dans des maisons toujours plus grandes alors que, dans un même temps, la taille des familles diminuent – ce mouvement créatif de micro-maisons, tel un gros pavé dans la marre, tend peu à peu à rationaliser et à rendre plus abordables nos habitats; totalement à rebours de notre chère société de consommation donc, et ça, on adore! En France, dans le sillage des habitats dits « réversibles » tels que les yourtes, tipis, péniches, et autres roulottes – officiellement reconnus dès 2014 avec la loi ALUR -, je vois surtout là un mouvement de résilience face à l’augmentation de la précarité et du chômage, aux difficultés qu’ont les jeunes générations à se projeter dans l’achat d’une maison sur 20 ans, et surtout à la prise de conscience écologique qui invite tout un chacun à vivre plus simplement.

Des tinyhouses pas si « tiny » (1) …

Tinyhouse « Livingston », un youtubeur autoconstructeur comptabilisant 40k abonnés – Crédit Yunaë et Jonathan »Livingston »

Tandis que certains achètent ou se lancent dans la construction de véritables maisons roulantes de 6, 7, voire 9 mètres (sur 2,5m de large, soit entre 15 et 22m2 d’emprise au sol), la législation française est surtout exigeante au niveau du poids de ces dernières, qui ne doit dépasser 3,5 tonnes sous aucun prétexte si l’on ne veut pas risquer la catégorie « poids lourds ». Partant du principe que pour déplacer ce genre de remorque, ce n’est plus une voiture qu’il faut, mais un véritable char Dassault d’au bas mot 250ch, c’était clairement incompatible avec mes envies de sobriété. Et c’est au fil de mes recherches que j’ai découvert « Cahute ». La version « Classic » présentée en début d’article mesure 3,36 mètres de long (oui, chaque centimètre compte!) et 2,50 mètres de large. Soit 8,4m2 d’emprise au sol pour un poids total de 1300kg. Et 1300kg, c’est tractable avec une Renault Twingo! … Non je déconne, mais avec une Mégane, ça s’envisage! 😉

Du rêve à la réalité

Loin de moi l’idée de dépenser quarante ou cinquante milles euros dans l’achat de l’une de ces maisons mobiles livrées clés en mains, je me suis donc lancé mi-2021 dans l’étude mécanique, la création des plans et la budgétisation de ce qui sera ma future maison sur roues. Et c’est le moment de vous présenter mesdames et messieurs, en exclusivité, « Yolo »! (2) 😉

Plan 2D micro-maison Yolo

Plan 3D micro-maison Yolo

Vous aurez surement remarqué quelques uns de ses talents cachés:

  • 3,56m de long sur 2m de large (soit 7m2 d’emprise au sol)
  • 1400kg (estimation…)
  • Mezzanine lit de 4m2 (ce n’est pas parce que c’est « tiny » qu’on doit avoir un tout petit lit!)
  • Salle de bain en éventail, inspiré des vans les plus spacieux pour gagner 1,4m2 habitable
  • Auvent intégré de 7m2
  • Une forme de bateau parce qu’elle flotte (non je déconne!)

Pour ne rien vous cacher, j’ai déjà reçu une bonne partie des matériaux et le chantier a déjà commencé: alors rendez-vous dans l’épisode 2 les amis! 😉

Notes:

(1): « Tiny », tout petit. « Tinyhouse », maisonnette, micro-maison.

(2): Yolo: « You Only Live Once », « On ne vit qu’une fois ».